Demandeur d’emploi Jour J + 143

Premiers jours et premiers déjeuners avec les nouveaux collègues. Petite appréhension sur ce que je vais pouvoir échanger comme propos avec eux. Ça commence timidement : les enfants, le lieu de résidence, le dernier film au cinéma…

Idéalement, il faudrait que je sois assis à côté de quelqu’un dont la passion immodérée est le badminton car cela accélérerait considérablement le processus de fissuration de la glace qui demeure encore dans la conversation. « Et ton smash de revers, parle-moi de ta prise de raquette et de ta position sous le volant au moment de l’impact ? » Ne rêvons pas…

La discussion rebondit par à coups comme si l’on classait des dossiers les uns après les autres : enfants, c’est OK ; cinoche, c’est checké et ainsi de suite, avec quelques pesants moments de silence au beau milieu de ces banalités.

J’adore les inconnus : surtout ceux que je connais pas et à qui je n’adresse pas la parole.

Tout à coup, un ancien membre de l’entreprise parti il y a 3 mois fait irruption dans le restaurant où nous sommes attablés. Vu l’enthousiasme soulevé par sa présence soudaine, cet homme devait être très populaire et très apprécié de ses collègues : tous se tournent vers lui, le sollicitent, le chambrent gentiment et évoquent spontanément des souvenirs et des noms que j’ignore totalement.

En 1 minute : je n’existe plus. Je suis en marge du groupe qui n’a pas pris la peine de me présenter, je suis recalé : invisible. Finalement : je préférais les discussions oiseuses ! Question : à partir de quel moment est-on un membre à part entière d’une entreprise ? Ça, je ne le sais pas mais en revanche je peux clairement identifier lorsqu’on ne l’est pas…

volantdebad.jpg 

3 commentaires à “Demandeur d’emploi Jour J + 143”


  1. 0 laurent 30 mar 2011 à 11:20

    C’est pas forcément un mal d’être encore à l’extérieure du cercle, on écoute, on observe, on cerne les personnalités et on peut déjà faire un tri, éviter de trop sympathiser avec le pot de colle, appréhender les meneurs, les suiveurs. Par contre faut pas que ça dure au risque de finir avec l’étiquette du marginal. Certaines personnalités se lisent facilement d’autre sont en braille…

  2. 1 Jeanne 30 mar 2011 à 20:46

    En même temps, c’est vrai qu’avec ce temps qui change sans arrêt, on ne sait plus comment habiller les enfants le matin….
    Il n’y a plus qu’à se réfugier au ciné pendant que les autres bossent. A propos, quelqu’un sait-il si une suite est prévue pour Forrest Gump?

  3. 2 annie gallibert 30 mar 2011 à 21:59

    T INQUIETES STEPH. TU N ES PAS ENCORE UN ECTOPLASME …

    TU VAS FAIRE TA PLACE, le premier mois c’ est penible
    puis ils vont t’ adopter pas de soucis.

    C’est vrai, c ‘est toujours chiant d’être le NOUVEAU.

    ATTENTION A NE PAS SE LAISSEZ ALLER A DIRE N IMPORTE QUOI … MAIS
    QUOI : CE NE SONT PAS DES GENIES ??? HEIN ALORS!!!!

    BISOUS

Laisser un commentaire


Auteur:

Stéph.

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

agressions |
societeettaamir |
Les Parents d'élèves de Jan... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | OKL-GOLP'S CENTER
| Interdit bancaire? Enfin le...
| homosexualiteethomoparentalite