Demandeur d’emploi Jour J + 146

Ça commence. Ça vient vite je trouve : les non-dits, les escarmouches, le marquage de territoire des anciens qui vous font bien comprendre que vous êtes le « nouveau ».

Que vous soyez un imbécile ou un génie, disons que je me situe au milieu…, les gens ont toujours l’impression, lorsque vous vous installez dans votre mission, que vous allez leur prendre une partie de leurs avantages ou les dépouiller de leurs savoir-faire.

Eh bien non, je n’assisterai pas à cette réunion dont l’ordre du jour me paraissait pourtant indispensable à la réussite d’un projet. Pour quelle raison ? L’organisateur de cette réunion considère que ma présence est indésirable, « puisque mon prédécesseur à mon poste n’assistait jamais à ce type de réunions. » Fermez le ban.

Alors, plusieurs solutions me sont offertes pour résoudre mon souci. Un : m’incliner et obtenir un compte-rendu précis de ce qui aura été dit, débattu et décidé. Deux : insister, soit avec humour, soit avec… insistance mais auquel cas il me faudra accepter le retour de boomerang de mon rival. 

Une troisième option peut consister à chercher un arbitrage auprès d’un supérieur hiérarchique commun pour contraindre la personne qui ne veut pas… à vouloir. Quelle que soit la tactique que j’aurai choisie, le résultat sera probablement médiocre.

En effet, soit je m’efface une fois et de ce fait la prochaine fois que je serai dans cette situation, cette personne aura dans l’esprit que j’ai la réputation de déposer les armes avant la bataille. Soit, « je rentre dans le lard » et j’assume les conséquences ou soit je court-circuite cette personne et je peux être certain de ne pas m’en faire un allié.

Bon ben ça y est. Je me demandais à quel moment on sort des « premiers jours », des balbutiements du début, de cet état de grâce passager dû à la nouveauté : j’ai ma réponse. Dès lors que l’on commence à se créer des ennemis, on peut légitimement considérer que l’on n’est plus dans une phase initiale mais bel et bien dans le monde du travail…

escrime.jpg

6 commentaires à “Demandeur d’emploi Jour J + 146”


  1. 0 marjorie 3 avr 2011 à 23:19

    Pour ton prochain blog: « Chaque jour me fait regretter ceux où tout était une expérience à part ».
    Bon allez, courage, et dis-nous comment t’as réglé le dilemme du jour.

  2. 1 annie gallibert 4 avr 2011 à 14:19

    AFFRONTES CETTE NOUVELLE EPREUVE AVEC TA SUBTILITE ET
    DOUCEUREUSEMENT VAS-Y !!!

    J ATTENDS LE COMPTE-RENDU.

    BISOUS

  3. 2 L'Être 5 avr 2011 à 8:44

    Tu peux aussi fayoter auprès de ton ennemi pour l’amener à te donner comme une faveur ce dont il cherche à te priver.
    Ouais je sais c’est tordus, pervers, etc… mais qu’est-ce que c’est jouissif quand tu y arrive! ;-)
    Les animaux se couchent devant plus fort mais ils finissent toujours par manger. (proverbe Êtrique)

  4. 3 L'Être 5 avr 2011 à 8:46

    euh il y a un s en trop un autre en moins mais ce n’est pas grave hein?! :(

  5. 4 Sam 5 avr 2011 à 15:35

    Keskidi ?

  6. 5 Stéph. 5 avr 2011 à 21:45

    Bon, j’apporte une réponse à vos questions. Jusqu’à présent, j’ai toujours appliqué la technique n°2 soit la logique d’affrontement et globalement, à moyen terme, cela ne m’a procuré que des ennuis.
    Donc, pour m’épargner quelques désagréments, j’ai décidé sur ce nouveau job de glisser vers la solution n°1 dite de l’écrasement… au moins partiel : jusqu’à quand vais-je tenir le coup ????

Laisser un commentaire


Auteur:

Stéph.

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

agressions |
societeettaamir |
Les Parents d'élèves de Jan... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | OKL-GOLP'S CENTER
| Interdit bancaire? Enfin le...
| homosexualiteethomoparentalite